La médiation numérique plus que jamais nécessaire

Nos médiateurs numériques se mobilisent pour trouver des solutions. De nouveau confinés, nous diversifions nos actions pour répondre à vos besoins

Le confinement lié à l’épidémie de coronavirus a fait exploser l’utilisation des outils numériques pour tous les aspects de la vie : télétravail, école à la maison, démarches administratives, contact avec les proches…

Et avec lui, la nécessité d’être plus à l’aise avec les outils digitaux se fait plus que jamais sentir.

C’est pourquoi les ateliers informatiques à destination des seniors continuent  à distance par visioconférence (ZOOM).
Le lien est envoyé aux participants par notre groupe Whatsapp.
C’est à la fois une manière de faire perdurer la montée en compétence numérique et de garder le contact.

Pendant ce nouveau confinement le centre social propose toujours un accueil individuel avec un médiateur numérique. Avec les aides aux démarches en ligne, nous assurons aussi la formation au numérique de manière individualisée et selon vos besoins (ordinateur en panne, problème de connexion etc.).

Pour répondre aux nouveaux enjeux du télétravail, un espace dédié est à disposition au centre social pour tous les étudiants et les demandeurs d’emploi. Dans cette espace, on peut avoir accès à un d’équipement informatique, une connexion internet et un accès à l’impression de document, dans le respect bien sûr, des règles sanitaires.

Nous sommes aussi présents le mardi matin place du marché, devant la mairie de quartier, et le jeudi sur le parking des Halles du Sud (supermarché) de 9h30-12h pour fournir des services de proximité et aller au devant des personnes.

Appelez-nous en cas de besoin, l’équipe du centre social est à votre écoute !

La médiation numérique plus que jamais nécessaire2020-11-18T17:41:22+01:00

Journal d’été d’une habitante déconfinée.

Domitille du GRDR et Laura, qui anime les ateliers de français dans les trois centres sociaux du quartier, ont réuni toutes leurs apprenantes pour passer un bout de l’été ensemble en proposant diverses activités. Nous vous laissons découvrir ce journal d’été d’une habitante déconfinée.

Après cette longue période de confinement, cet été les participantes des ateliers de français en ont profité pour s’aérer et s’en mettre plein les yeux !

Côté nature, c’est à la citadelle que nous avons pris un bon bol d’air en nous baladant le long des berges et en rencontrant sur notre route les moutons et chevaux des éco-pâturages mis en place par la ville de Lille. Un petit arrêt pour regarder les péniches glissées sur l’eau et s’imaginer voyager jusqu’en Hollande.
L’eau c’est beau, mais c’est mieux quand on peut se baigner, alors direction Bray-Dunes pour faire trempette et lézarder sur la plage. Un pique-nique convivial, un petit jeu de cartes et hop ! C’est déjà l’heure de repartir avec de jolies couleurs sur les joues et… le bout du nez !

Côté culture, on n’a pas chômé non plus ! Première visite au musée d’Histoire Naturelle, pour observer la nature toujours, mais observer cette fois plus particulièrement la zoologie, la géologie et l’insectarium pour jouer à « où est le phasme ? ».
De Lille on part maintenant à Tourcoing visiter le MUba. Guidées par Tristan, nous avons découvert l’incroyable collection éclectique de ce musée. Un bon moyen d’enrichir son vocabulaire quand on apprend le français.

Après la peinture et la sculpture, place au septième art ! Nous avons profité de deux projections de films d’animation au Grand Sud. L’occasion de sortir en famille, pour visionner « Minuscule, la vallée des fourmis perdues » et « Azur et Asmar ». De quoi régaler les enfants et les mamans ! On a quand même fini par un film juste pour les adultes, un moment de détente et de comédie en allant cette fois-ci dans le centre ville visionner « Adorable », l’histoire d’une mère qui essaie de gérer la crise d’adolescence de sa fille. Même si les acteurs parlent vite, et qu’on n’a pas tout compris, on a bien rigolé !

Alors effectivement on s’en est mis plein la vue, mais on n’a pas oublié de travailler ! Tous les mardis après-midi, la Fabrique du Sud nous a accueillies pour continuer à apprendre le français durant l’été ! Ces diverses activités nous ont permis de découvrir des lieux de la métropole et de la région, d’améliorer nos connaissances et surtout de passer des moments agréables ensemble et en familles, à l’extérieur, après avoir été confinés chez soi. Cela nous a grandement fait du bien.
Merci à Laura et Domitille d’avoir pris soin de nous cet été.

Journal d’été d’une habitante déconfinée.2020-08-13T13:57:21+01:00

Pandémie du COVID-19, épauler les habitants du quartier

Épauler les habitants du quartier

Dans le contexte actuel de l’épidémie de COVID-19 et du confinement, l’ensemble du Centre Social Lazare Garreau s’est mobilisé pour permettre à tous les habitants de Lille-Sud de mieux vivre cette crise sanitaire. Grâce au numérique et en balayant tous les champs d’activités (sociaux, éducatifs, familiaux, intergénérationnels et de lutte contre l’isolement), nous avons réalisé de multiples actions, conjointement avec nos partenaires, pour répondre aux nouveaux besoins engendrés par cette crise.

Aide à la parentalité et à l’accès au numérique

Après avoir repéré les besoins, nous avons mis en place des services d’aide aux habitants, en respectant biensûr les gestes barrières : permettre aux parents d’imprimer des cours en ligne, leur offrir une aide logistique, les orienter vers la plateforme d’accompagnement scolaire mise en place par la Ville de Lille etc. et cela, afin d’offrir aux enfants la possibilité de poursuivre leur scolarité. La mise à disposition gratuite de douze smartphones aux familles identifiées par les collèges a aussi permis de garantir ce droit à la scolarité, grâce au partenariat avec l’association Emmaüs Connect et SFR.

Mon centre social à la Maison

Le projet Centre Sociaux Connectés a permis de mutualiser les forces des 4 centre sociaux du croissant Sud. Fort de cette expérience, l’équipe a créé une plateforme en réaction à l’annonce du confinement, avec 2 objectifs : proposer des outils éducatifs gratuits pour faciliter l’école à la maison et proposer des ateliers et activités à réaliser chez soi, devant son écran.
De nombreux outils pédagogiques à distance ont été proposés : le CNED, Sondo, Prepapp etc. mais aussi des sites web culturels et de jeux éducatifs. L’interactivité du numérique a permis de retrouver un véritable « centre social à la maison », notamment par le biais de lives Facebook.
Ce temps a été mis à profit pour la formation des salariés. Ainsi, des formations sur les outils numériques ont été mises en place à destination des salariés de tous les centres sociaux de France.

Solidarité alimentaire Lille-Sud

La crise sanitaire a complètement bouleversé le fonctionnement des associations de solidarité.
En réaction à l’urgence inédite, un partenariat s’est créé entre les centres sociaux Arbrisseau et Lazare Garreau ainsi que l’ONG Human Appeal. L’objectif était d’assurer une aide alimentaire de première urgence dans cette période où l’entraide revêt toute
son importance. Dans ce but, il a fallu en premier lieu identifier les bénéficiaires.
Nous nous sommes appuyés sur le réseau d’acteurs de la solidarité qu’ont su développer les centre sociaux.
Et une sélection a ensuite été faite en fonction des ressources des foyers.
La réactivité de Human Appeal a permis la mise à disposition de plus de 550 colis alimentaires. Un accroissement de la précarité a été relevé durant cette période difficile.
La distibution a été assurée par les 3 structures. Un appel aux dons a ensuite été relayé par la Ville de Lille. Face à l’augmentation du nombre de foyers en grande précarité, un appel aux dons alimentaires a été réalisé à l’échelle de notre territoire. De plus, un appel à participation financière a été lancé, cette fois-ci à l’échelle de la Ville. Ainsi l’action perdure encore aujourd’hui, pour permettre aux familles d’entrevoir plus sereinement l’issue du confinement.

En savoir +

Garder le lien avec les adhérents

Notre équipe n’a pas manqué d’appeler nos aînés et les personnes isolées deux fois par semaine pour prendre des nouvelles et garder le contact.

Johanne, animatrice de la petite enfance a même su créer une dynamique intergénérationnelle. En liant son travail d’animatrice et le lien privilégié qu’elle a tissé avec nos adhérentes seniors, elle a mis en place des défis via Whats App. Elle a aussi aidé les plus âgées à faire leurs courses et rompre leur isolement.

Les Ateliers Cuisine numériques on également permis de garder le contact. Ainsi, nous avons proposé aux habitants de nombreuses recettes diététiques et gourmandes. Au-delà de la cuisine, il était surtout question de lien social et de s’interesser à un loisir qui demeurait possible dans le respect des conditions de confinement.

Confection de masques

Jocelyne notre bénévole tricot, sachant aussi coudre, a participé à l’appel lancé par la Ville de Lille pour la confection de masques Garridou. Merci à elle pour ce bel élan de solidarité qui permet d’appréhender avec un tout petit peu plus de sérénité le déconfinement. Johanne lui a permis de réaliser cette action en la conduisant tous les après-midis à l’Hôtel de Ville de Lille.

Les ateliers coutures « spécial masques réutilisables » continue au sein de notre structure. A l’initiative de Sarah Bourgois et grâce à Martine, notre bénévole couture, des ateliers de confection de masque se poursuivent depuis le début du mois de mai.

Coronateliers de français

Laura, notre animatrice sociolinguistique, a su proposer des supports numériques à ses apprenants ayant un bon niveau de français. C’est important pour ne pas perdre ses acquis ! Ainsi, 3 fois par semaine il leur était possible de pratiquer le Français, par petites touches de 15 minutes.

En savoir plus

Imaginer le monde d’après

On sent le traumatisme, il y a des gensqui n’osent plus sortir de chez eux, il va falloir aller les chercher et recréer un lien social abîmé. Nous n’avons jamais cessé de maintenir le contact avec les habitants mais il va falloir inventer un projet qui s’inscrit dans la durée, pas dans l’immédiateté.

Pandémie du COVID-19, épauler les habitants du quartier2020-10-28T16:57:31+01:00

Citoyennes, humaines, souveraines !

Mobilisés ensemble pour les droits des femmes

En 2019, nous avions proposé des quiz, des débats, une journée d’échanges et de partage avec les adhérentes des centres sociaux lillois à l’auberge de jeunesse Stéphane Hessel. Lors de notre auberge espagnole mensuelle, nous avions aussi réalisé une exposition présentant des figures féminines ayant oeuvrées dans leur pays à l’amélioration de la condition féminine.
Cette exposition transcendait ainsi les domaines et les époques. Cette année, nous avons décidé de revenir sur notre quartier. En effet, au quotidien, des femmes, de tout âge,bénévoles, salariées et avant tout citoyennes, s’engagent à Lille Sud dans de nombreux domaines.

Exposition-photo « Femmes engagées à Lille Sud »

Marc Helleboid, auteur photographe, a rencontré quelques-unes de ces femmes qui ont accepté de lui accorder un peu de leur temps pour partager leur expérience au service des autres. Elles témoignent alors de leur parcours et de leur engagement. A travers 16 portraits, nous souhaitions rendre hommage à toutes les femmes engagées qui permettent de donner vieà notre quartier.

Sans ces femmes, le quartier de Lille Sud ne serait pas le même. Il existe bien d’autres femmes formidables investies au sein du quartier. Les unes sont bien connues dans l’espace public. D’autres agissent discrètement pour le bien-être de la société. Nous les en remercions tout autant.
Cette exposition était visible à la fois au centre social, à la Fabrique du Sud, à la Médiathèque de Lille Sud et au Cinéma L’univers.

Le vernissage a eu lieu le mercredi 4 avril 2020 au centre social lors de notre auberge espagnole. Plus de 80 habitants et de partenaires étaient présents. Ces derniers ont pu échanger, débattre, écouter la lecture de textes réalisés par le groupe de l’atelier d’écriture qui avait travaillé cette thématique en amont. Cette action ouvrait alors le début de la programmation à Lille Sud.

Des ateliers d’expression autour des droits des femmes

En parallèle nous avons mis en oeuvre avec l’aide de nos partenaires des ateliers d’expressions collectives sur les principes d’égalité en France et l’accès aux droits plus précisément sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Avec l’aide de l’association Culture et Liberté nous avons mis en place des groupes de parole sur cette thématique, sur le sens des mots, sur nos représentations ; pour échanger et préparer la mise place des ateliers de pratiques culturelles.

En effet durant trois sessions les 3, 10 février et le 2 mars derniers nos bénéficiaires participant aux groupes de pratiques langagières sont allés à la découverte du fonctionnement d’un Fab Lab avec l’aide de l’artiste Olivier de Carvalho.
Sur la base du mot « FEMME » écrit en plusieurs langues, les participants ont créé et réalisé des visuels artistiques imprimés sur 100 totes bags.

Ces derniers ont été distribués aux habitants le 5 mars à la Fabrique du Sud avec diverses communications, guides et livrets d’information sur les droits, la lutte des violences faites aux femmes, etc. De plus un travail de fond fut entrepris en ce sens avec la Cie Joker via la lecture et la création de Contes, issus de monde entier et orientés sur le parcours
de vie de femmes. S’exprimer oralement sur une thématique culturelle et sociale permet de travailler la dimension collective, tout en cheminant et traçant à travers les écritures imprimées un pont entre nos représentations et nos cultures.

Des associations mobilisées pour la défense des droits des femmes

Les associations de Lille-Sud se sont mobilisées pour proposer aux habitants toute une programmation en faveur des femmes durant quasiment une semaine.
Le centre social a coordonné ces rendez-vous et proposé une communication commune.
Il s’agissait de proposer alors un parcours aux habitants : en allant d’un jour à l’autre, du centre social, à la Fabrique du Sud, au
Complexe sportif Antoine Blondin, au cinéma l’Univers, à la Médiathèque, la marche du « collectif 8 mars » au centre de Lille, pour finir le dimanche 8 mars au Palais des Beaux-Arts.
Les habitants pouvaient se renseigner auprès des stands d’informations sur les droits des femmes, rencontrer des professionnels de santé, participer à une conférence sur le périnée, fabriquer des produits écoresponsables, assister à la projection du film Difret au cinéma l’Univers, profiter d’ateliers de bien-être et sportifs….

Ces journées de sensibilisation et de mobilisation ont été une vraie réussite en termes de fréquentation, d’informations, d’échanges, de débats et de partage, avec pour finalité de constituer une culture de l’égalité et du respect mutuel, en adoptant d’autres modèles de comportements sans discrimination sexiste ni violence.
Organisée en peu de temps, cette semaine a suscité au sein de notre structure et chez certains partenaires, habitants, l’envie d’aller plus loin. A voir ce que nous réserve l’édition 2021.
Si vous avez des envies, des idées d’actions, de débats, n’hésitez pas à nous en parler !

Citoyennes, humaines, souveraines !2020-08-13T13:01:21+01:00

Le Lazare Garden

Un jardin collectif à Lille-Sud.

Le 8 février 2020 s’est tenue l’inauguration d’un jardin collectif au centre social et culturel de Lazare Garreau, le « Lazare Garden ». Lors de cette après-midi pluvieuse, plusieurs animations ont été proposées : Arts plastiques, lecture, maquillage, plantation citoyenne et bien sûr un goûter convivial. Ce jardin est voué à se développer grâce aux AJOnc (association Amis des jardins ouverts et néanmoins
clôturés).

Tous les mercredis des ateliers jardinage à destination des enfants de 3 à 11 ans sont proposés de 10h00 à
11h30. Depuis janvier 2020, un samedi sur deux, les animateurs des AJOnc donnent rendez-vous aux habitants de
Lille Sud de 14h à 17h00 directement au centre social afin de partager leur passion.
L’activité support « jardinage » que nous avons choisie, est un moyen d’éducation à la citoyenneté en sollicitant les enfants et habitants à devenir acteur de leur environnement.

Apprendre le respect la nature aux enfants

Les manipulations directes sur la nature doivent leur permettre d’appréhender les causes et effets de la gestion du milieu. La pratique des cultures apprend à l’enfant la fragilité du monde végétal.
Nous visons la réussite éducative des enfants en leur faisant adopter une attitude active et responsable. Cette animation permet également d’aider à la socialisation, autour d’un travail commun, en permettant les échanges, le partage, les discussions, etc. Elle permet de développer la motricité fine et la coordination par les mouvements requis pour effectuer le travail horticole ; de favoriser le respect du monde qui les entoure en les impliquant et les responsabilisant, notamment par l’entretien du jardin et de ses plantes ; d’aider à faire le lien entre les différents mondes vivants (humain, animal, végétal) ; de favoriser la compréhension de valeurs abstraites (naissance, mort, évolution, changement, temps, etc.) ; De développer l’estime de soi par la valorisation d’un produit qui leur est propre ; de développer les notions de patience et de persévérance autour de la croissance d’une plante. C’est aussi un lieu où il sera possible de se reposer, de lire, de peindre, de jouer et bien d’autres choses encore !

Le Lazare Garden2020-08-13T11:21:46+01:00

Visite du commissariat de Lille-Sud

12° temps nuageux, un groupe d’une trentaine de personne se rassemble rue de fg des postes, sur le trottoir opposé du chantier Lillenium. Non ce n’est pas un groupe de « Gilets jaunes », ce n’est pas non plus une école qui viendrait découvrir l’hôtel de police, il y a beaucoup trop de cheveux blancs ! Ce sont simplement des habitants de Lille-Sud désireux de connaitre le fonctionnement de cet imposant bâtiment, qui ont un rendez-vous avec le commandant Mathieu Legrand cet après-midi.

Cette visite est organisée par l’association « Amis du Patrimoine de Lille Sud » en partenariat avec le centre social et culturel Lazare Garreau de façon à réunir des jeunes et des seniors dans une démarche commune.

Dés l’entrée on nous propose de nous conduire dans la salle de réunion, un amphithéâtre aux sièges confortables ou après nous avoir présenté un film sur le rôle de la police, un inspecteur répond à nos nombreuses questions. Après cela, nous sommes divisés en deux groupes. La première moitié reçoit une formation préventive à adopter dans la rue chez soi au téléphone et en voiture…

L’autre groupe s’intéresse plus particulièrement aux risques des réseaux sociaux. L’ensemble des participants termine l ’après-midi en visitant le centre d’appel ou les policiers répondent aux appels reçus par le 17 de toute la Région de Hauts-de-France. C’est très impressionnant une carte interactive est affichée en face d’eux avec le lieu, le traitement de l’appel et l’avancée de la réponse. Les préposés communiquent entre eux, se déplacent, travaillent en partenariat avec la police municipale et les polices des pays limitrophes. On a l’impression d’une grande ruche qui bourdonne.

Nous quittons le commissariat  très contents de mieux comprendre l’activité de la police et d’avoir vu leur condition de travail.

Visite du commissariat de Lille-Sud2020-08-13T11:07:12+01:00

Semaine des solidarités

En lien avec le festival des solidarités internationales, le centre social et culturel
Lazare Garreau s’est engagé du 18 au 23 novembre 2019. Lors de la « semaine des solidarités », le centre a mis en place une
série d’actions et valorisé celles de ses partenaires de Lille Sud, tels les Restos du Coeur, Human Appeal, le Centre de
Santé Polyvalent et Médecins du Monde, qui oeuvrent au quotidien pour la défense des droits humains au niveau local et
international.
Cette semaine s’est ouverte par le vernissage de l’exposition « de l’immigré au Chibani », prêtée par l’ORIV
(l’Observatoire régional de l’Intégration et de la ville situé à Strasbourg). M. El Kostiti, enseignant et coordinateur du projet « CHTI’BANI », est intervenu afin de présenter cette exposition et de parler de l’isolement social de ces populations immigrées vieillissantes.

Au vu du succès de l’exposition, les dates ont été prolongées d’une semaine permettant ainsi de toucher plus de 230 collégiens et lycéens, et plus de 130 adultes.

Tout le centre social s’est mobilisé autour de diverses actions. Les femmes de l’atelier tricot ont confectionné, des
semaines en amont, bonnets, écharpes, petites couvertures avec leurs chutes de laine, afin de les distribuer aux plus
démunis. L’atelier écriture a travaillé durant 2 séances sur la thématique « solidarité »; de beaux textes en sont sortis, visibles sur le site internet. Des familles ont pu bénéfi cier d’entrées au cirque grâce à la ville de Lille. Une grande collecte de produits et de denrées avait été lancée auprès de nos adhérents pour les Restos du Coeurs. Enfin, pour clôturer cette semaine, les habitants de Lille Sud, ont préparé, en partenariat avec l’ONG Human Appeal, habituée de ces actions, un grand repas solidaire pour 200 personnes, distribué le soir même au Parc Jean Baptiste Lebas à des personnes fragilisées (migrants, bénéficiaires du RSA, familles,…).
Cette semaine, riche en actions, échanges et émotions, a été l’occasion de voir se renforcer une entraide, une solidarité
entre habitants et partenaires. Elle a vraiment retranscrit la citation d’Helen Keller –

« Seuls, nous pouvons faire si peu ; ensemble, nous pouvons faire beaucoup »

Semaine des solidarités2020-08-11T09:48:10+01:00

On vous sert un British Coffee ?

A la demande de plusieurs adhérents du secteur adultes et seniors, le centre Lazare Garreau a mis en place des cours d’anglais hebdomadaires, niveau débutant.

Chaque vendredi matin à 10h30, Julie, en service civique, vous entraîne à pratiquer l’anglais et adapte le cours en fonction de vos envies et de votre niveau. Dans une ambiance légère et conviviale, les futurs bilingues peuvent avancer en toute confiance et recevoir un accompagnement personnalisé, selon leurs difficultés et leurs besoins spécifiques.
Respect du rythme de chacun et plaisir d’apprendre sont les mots clés de cet atelier.

« J’apprécie ce cours car j’ai fait un effort grâce au professeur qui a beaucoup de patience. Elle explique bien ses cours. »

D’après une enquête réalisée auprès des participants, ces derniers sont principalement motivés par le désir de voyager plus facilement, de travailler leur mémoire et leurs capacités d’apprentissage, ainsi que de pouvoir échanger avec plus de personnes venant d’autres horizons.

« Maintenant je suis capable de communiquer un peu avec des phrases simples. »

Ce cours a également vocation à permettre un accès à plus de culture et de documentation, ainsi qu’à gagner en confiance en soi, mettant à l’épreuve son accent franglais avec autodérision !
Ce nouvel atelier a même amené le groupe à organiser un séjour en Angleterre avec le centre afin de mettre en pratique leurs
nouvelles connaissances.
So if you want to learn English with us, you’re welcome!

On vous sert un British Coffee ?2020-08-11T09:48:17+01:00

Notre engagement éco-responsable

Le développement durable peut parfois nous sembler être une notion abstraite et éloignée de nos préoccupations immédiates. Cependant, aujourd’hui nous sommes tous confrontés à un problème sans précédent : répondre aux besoins de 7 milliards d’humains tout en préservant nos ressources écologiques, économiques et sociales.

A l’occasion de la semaine européenne du développement durable ayant eu lieu cette année du 30 Mai au 5 Juin 2019, le centre social et culturel Lazare Garreau a vu les choses en grand : ce n’est pas une mais trois semaines (du 20 Mai au 7 Juin 2019) qui ont été consacrées à cet événement.
Parce que nous sommes tous concernés, petits et grands, habitants et salariés, ont pu bénéficier de diverses actions de prévention, de sensibilisation et d’éducation à l’environnement.
Toujours dans un esprit convivial et familial, des animations et des réunions d’informations liées à l’alimentation, aux énergies, à la réduction et au tri des déchets, au recyclage ont été mises en place dans le but d’encourager les citadins et de leur permettre d’adopter des éco-gestes.

UN BÂTIMENT ÉQUIPÉ POUR DES SALARIÉS IMPLIQUÉS

Le centre social a eu la chance de voir s’offrir de nouveaux locaux en 2011 par la ville de Lille.
Des spécificités écologiques leur ont alors été attribuées, montrant déjà une volonté durable et responsable. Les membres de l’équipe ont suivi une réunion d’information leur rappelant ces particularités et les formant à la pratique d’éco-gestes.

UNE EXPOSITION RICHE DE SENS :

Durant les trois semaines, l’exposition « L’énergie, quels choix pour demain ? », qui représentait une vingtaine de photos, prises dans le monde entier par le photographe, reporter et écologiste français, Yann Arthus Bertrand, faisant état des conséquences de chaque geste de l’homme et faisant prendreconscience de l’état d’urgence était accessible à tous en salle polyvalente.
Son vernissage, le mercredi 22 Mai, a été le premier temps fort inaugurant l’événement autour d’un pot réunissant les habitants, les salariés et les partenaires.

UNE AUBERGE ESPAGNOLE ZERO DECHET

Fini les couverts jetables et les nappes en papier, place à de la vaisselle et nappes en tissu !
Chaque premier mercredi du mois, au centre social, les habitants, bénévoles, partenaires et salariés ont pris l’habitude de se réunir autour d’un repas sous forme d’auberge espagnole.
Au mois de Juin, ce temps d’échange et de partage s’est montré plus responsable que jamais. Le matin, des recettes avaient été mijotées par les habitants lors d’un atelier cuisine à partir des produits frais livrés par les bio-cabas et avec pour objectif le zéro déchet (dont la création de recettes avec les épluchures).
Le repas s’est clôturé par une animation des composts participatifs, libres d’accès à l’entrée du centre social, gérés par les AJONC (Amis des Jardins Ouverts mais Néanmoins Clôturés), partenaire actif du centre social proposant de nombreuses animations nature tous les mercredis auprès des enfants.
Toutes les auberges espagnoles tendent aujourd’hui à viser le zéro déchet. Un appui précieux de partenaires locaux : Grâce à une forte mobilisation de compétences locales ayant chacune montré un grand intérêt et apporté leur soutien au projet, toutes les actions ont rencontrés un franc succès.

VERS UN CENTRE SOCIAL ÉCO-RESPONSABLE

Ces 3 semaines ont enclenché une nouvelle dynamique au sein du centre, aussi bien auprès
des salariés que des habitants avec la journée du Word Clean Up Day. C’est ainsi qu’avec les fêtes de fi n d’année,
les habitants étaient amenés à venir « fabriquer leurs fêtes ! ». Des ateliers Do It Yourself ont donc été mis en place chaque jeudi après-midi depuis novembre jusqu’à la fi n décembre pour imaginer, créer et personnaliser leur décoration de table ou de Noël (carafes, dessous de verres, photophores et bougies, calendrier de l’avent etc).
Changer ses comportements n’est pas toujours évident. Toutefois, toutes ces actions, mises bout à bout, créent une conscience commune ; des petits gestes que chacun peut faire, à son échelle, mais qui avec le temps, auront un impact positif pour l’environnement et notre qualité de vie.

Notre engagement éco-responsable2020-08-11T10:24:28+01:00

L’accès aux soins

Aller vers les habitants, un enjeu de santé, l’action de Médecins du monde à Lille-Sud.

Depuis 1986, l’association Médecins du monde (MDM) œuvre dans plusieurs régions de France sur des thématiques diverses liées à l’accès aux soins.
À Lille-Sud, ils sont 2 salariés : une coordinatrice et un médiateur santé et une quinzaine de précieux bénévoles. Un local leur a été mis à disposition en face de la mairie du quartier. Leur action consiste à parler de santé avec tous les habitants de Lille Sud et les accompagner lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans leurs démarches d’accès aux soins.

QUELLES ACTIONS À LILLE SUD ?

L’équipe de Médecins du Monde va vers les habitants directement dans les espaces de vie publique, comme le marché ou dans des cabinets médicaux. Ils ont aussi la possibilité de se déplacer à domicile sur demande. Ils font preuve de souplesse pour tenter de toucher les personnes les plus éloignées du système de soins.
Si vous les rencontrez au marché, ils peuvent vous poser cette simple question :
“Êtes-vous en bonne santé ?”

L’objectif est de travailler sur la compréhension de la notion de santé, car cela ne veut pas seulement dire : “Êtes-vous malade ?”. Pour être en bonne santé il faut, par exemple, un logement salubre, avoir accès à une consultation médicale locale. Médecins du Monde oriente et prend le temps de conseiller, d’expliquer qui fait quoi, et où aller pour faire valoir son droit à la santé. Ils sont le lien entre la personne et les professionnels de santé. L’équipe de Médecins du Monde est aussi là pour accompagner le public face à différents problèmes de santé courants : diabète, obésité, alcoolisme, etc.

Ils coaniment aussi des actions autour de nombreux sujets qui peuvent tous nous toucher. C’était notamment le cas lors des Journées en médiation en santé des 22 et 23 novembre organisées en lien avec le Centre de Santé Polyvalent de Lille Sud.

« le dossier CMU-C est tellement compliqué à remplir que j’ai rempli mon nom, prénom et date de naissance et je l’ai donné à mon père pour qu’il remplisse le reste pour moi. »

RISQUES DE L’INHABILETÉ NUMÉRIQUE

L’accès au droit à la santé peut s’avérer complexe, c’est également un symptôme de la fracture numérique. Médecins du Monde s’entoure donc d’autres acteurs locaux tels que le centre social Lazare Garreau. Des temps d’accueil, assurés par notre médiateur numérique, y ont lieu tous les mardis et jeudis après-midis dans le but d’accompagner individuellement les habitants. Cet accompagnement individuel autour de l’accès aux droits est nécessaire au respect de la confidentialité et permet d’apporter des réponses pertinentes dans ce cadre, car personnalisées. Les questions sont diverses : Attestation et consultation de comptes, prise de rendez-vous médicaux, dossier de demande ou renouvellement de CMU, création d’un dossier CARSAT, créer un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), etc.

« Alors que je venais pour une démarche classique à la CPAM, la personne qui m’a pris en charge a pris ma carte vitale, et sans me demander mon avis elle a ouvert mon DMP (Dossier Médical Partagé), elle ne m’a rien expliqué. C’est mon médecin généraliste qui plus tard m’a expliqué que j’avais le DMP et ce que c’était. Ça m’a pris 3 mois pour comprendre ce que c’était. ».

PALLIER LA BARRIÈRE DE LA LANGUE

D’autres barrières peuvent se poser en plus de la fracture numérique, celle de la langue. De plus, les ateliers sociolinguistiques sont une occasion
d’identifier des personnes en difficulté ou en situation de renoncement au soin.
Avoir du mal à lire au tableau ou des questions comme “Pourquoi je n’ai pas de retraite?” sont autant de marqueurs de risque.
Au-delà de l’apprentissage de la langue, facteur d’insertion sociale et de lutte contre l’isolement, les ateliers d’apprentissage à la langue française sont une porte d’entrée et une passerelle entre les services. Des actions de prévention autour de la santé sont réalisées par Médecins du Monde. Ils concernent des sujets variés relatifs au diabète, au cholestérol, mais aussi à la contraception. Cette action a été organisée en lien avec la médecin de la PMI. Grâce à cela, les apprenants des ateliers d’apprentissage à la langue française au centre social ont pu être sensibilisés à ces questions de santé.

« J’ai un ami qui ne parle pas le français, à chaque fois que la Sécu lui envoie un courrier il le comprend mal et rentre le mauvais code, et le site Ameli.fr se bloque. Il est là depuis 8 mois et il n’a toujours pas son attestation ».

LES ENJEUX FINANCIERS

La crainte de devoir payer peut être un point sensible à déceler et peut créer une situation dangereuse de renoncement au soin. Il est important de souligner que la capacité d’accéder à ces droits a un grand impact sur la santé.
On a souvent aussi beaucoup d’idées reçues sur la santé : “les dents et les lunettes coûtent chers et sont inaccessibles sans mutuelle”.
Seulement, il est possible, en l’absence d’une mutuelle privée ou de CMU, de tenter un recours à la CPAM et cela peut se faire avec l’appui de Médecins du Monde.
Il n’est pas rare d’accueillir au sein du centre social des personnes endettées auprès des établissements de soins.
Nous nous chargeons donc d’aider les personnes à établir des échéances dans les paiements et de les rassurer face à une lettre de mise en demeure.

« J’ai trois enfants à charge, je suis mère divorcée, alors je m’occupe d’abord qu’ils aient à manger, les dépenses pour la santé, surtout la mienne, ça passe après. »

Face à ses facteurs de risques multiples il est nécessaire de développer une
activité dite “d’aller vers” en plus de cet accompagnement direct. Ainsi, il sera possible de lever les barrières de parler de mauvaises expériences. Tous les acteurs associatifs, dans ce cadre comme pour beaucoup d’autres, créent un maillage entre les différentes institutions.

L’accès aux soins2020-08-11T09:49:11+01:00