About Camille Auboussu

This author has not yet filled in any details.
So far Camille Auboussu has created 177 blog entries.

La Fabrique des Sciences

La « Fabrique des Sciences » est un espace de découverte ludique des phénomènes scientifiques.
Au sein du système scolaire, les mathématiques et autres sciences peuvent parfois sembler abstraites car trop théoriques. La science ça fait peur, elle paraît ennuyeuse ou difficile.
Mais grâce à Alexis, ça devient « cool et rigolo ! »

A la mise en place de l’atelier, les enfants n’osaient pas venir mais aujourd’hui ils sont de plus en plus nombreux ! Ces ateliers sont animés par Alexis.

Faisons connaissance !

Alexis abandonne son contrat d’apprentissage entre deux années scolaires, il décide alors de commencer un service civique. Au mois d’avril 2019, son attrait pour les sciences lui donne envie de s’engager dans l’aventure des “Petits Débrouillards”. Cette association est un mouvement associatif d’éducation populaire à la culture scientifique et technique.
Son but : éveiller l’esprit critique et la curiosité scientifique pour faire partager les sciences au plus grand nombre.
Leur mot d’ordre : faire pour comprendre, comprendre pour mieux agir.
« Observer, s’interroger, expérimenter, tâtonner, débattre, conclure : la démarche scientifique est un antidote au dogmatisme. Au cœur de la pédagogie des Petits Débrouillards, elle encourage la curiosité, le partage des connaissances et l’esprit critique. »
C’est en faisant appel à cette association que nous l’avons rencontré, lors d’ateliers au centre social en février 2020 et que nous avons décidé de l’embaucher !

« Alexis est trop gentil avec lui on apprend beaucoup de choses sur la science et en plus tout ce qu’on fait avec lui c’est trop bien, on a construit un détecteur de gourmandise avec une bouteille et une paille, on fait un élevage de phasme scorpion et on fait de la programmation. »
Inès

Qu’est ce que la fabrique des sciences

En s’appuyant sur la démarche expérimentale, la didactique des sciences, son histoire et la connaissance des publics, cette « Fabrique » permet d’explorer les différents aspects de la mise en place d’activités scientifiques et d’acquérir progressivement par les publics les compétences nécessaires.

Voici les différents ateliers animés par Alexis en ce sens :

Le club des sciences

Le club des sciences a lieu dans le cadre de l’accueil périscolaire de 17h à 18h.
Sur la base de constats de phénomènes Alexis sait soulever l’incompréhension et suscite la curiosité des jeunes.
En utilisant des objets du quotidien, il met en évidence des phénomènes observables dans la vie de tous les jours, rendant tangible l’expression de théories parfois complexes, loin des stéréotypes associés aux sciences (technologies compliquées, abstraites etc.).
C’est le cas par exemple avec les fusées réalisées dans le cadre du club.
Avec la bonne problématique scientifique, on peut venir questionner beaucoup de thématiques de société : gestion des déchets, éveil à la physique-chimie etc.
En plus d’un éveil à la science, ses ateliers développent aussi l’imagination des enfants par la formulation d’hypothèses ouvertes sur le champ des possibles offert par l’imaginaire de ces scientifiques en herbe.
Des concours entre les secteurs ont été mis en place en alliant activités manuelles et robotiques. Par exemple, lors des vacances de Noël nous avons mis en place un défi de « Boîtes de Noël animées ». Il s’agissait d’amener de la robotique dans une activité manuelle (éclairage, motorisation, codage, etc).

Séjours scientifiques

Lors des vacances de Toussaint, les enfants de 6 à 10 ans ont pu profiter d’un séjour apprenant sur la science et la nature.
Les temps du soir étaient consacrés à la construction d’un volcan à l’aide de papier journal et de colle mais surtout du vinaigre et du bicarbonate pour une belle éruption volcanique. Le mercredi après-midi était consacré à l’expérience et à l’explication de cette réaction chimique effervescente.
Lors de ces séjours un lien particulier se noue avec les enfants, l’ambiance y est bienveillante, quasi familiale.
Les enfants font des expériences, manipulent et testent, pour reproduire et comprendre ces phénomènes. Ils créent et construisent eux même des choses, développant motricité, créativité et estime d’eux-même.
Cela va donc du design d’objet, jusqu’à la construction d’un petit prototype.

« Le club sciences c’est trop cool c’est mon activité préférée, j’ai construit un robot pierre feuille ciseau et mes expériences favorites sont celles qui explosent, comme les volcans ! »
Ritej

Une fabrique mobile

Cette fabrique à pour vocation d’aller vers les habitants, de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires sur des actions de sensibilisation et de développement liées aux usages numériques .
Par exemple, cet été dans le cadre de l’École Ouverte et dans celui de La Fête de la Science à la rentrée scolaire, des ateliers DIY & Makers ont permis aux jeunes du territoire de s’exercer à la robotique et de découvrir une approche plus ludique des sciences.
Avec les collèges du quartier, le projet « Fabrique des sciences » a donc pour objectif de sensibiliser les jeunes en proposant d’établir des parcours d’initiation et de perfectionnement aux pratiques scientifiques sur des temps périscolaires et scolaires en valorisant les travaux des enfants sur des événements communs.
Et pourquoi pas une mobilité et un engagement vers les filières techniques ?

Ce panel d’intervention répartie sur différents lieux et sur le temps des loisirs-éducatifs incitent les enfants à se lancer et à faire « quelque chose » qui fonctionne, la base de toute technologie.
En faisant, en testant et en améliorant, ils commencent à jouer avec la science, ils valorisent leur travail et se sentent valorisés. En effet, une fois à la maison, ils peuvent reproduire les expériences chez eux puisqu’elles n’utilisent que des objets du quotidien.
Collaborer ensemble à la pratique des Sciences au sein de ce quartier, a pour objectif de faire un réseau de Fabriques scientifiques et d’expériences.
Ainsi, parents-enfants pourront aller de l’une à l’autre, pour partager des ateliers, des savoir-faire, des connaissances et simplement le plaisir de faire soi-même avec les autres.

La Fabrique des Sciences2021-03-08T16:20:53+01:00

Lutter contre l’isolement et la précarité

A l’image du premier confinement, le centre social conserve son engagement d’aider les habitants du quartier et le renouvelle.

« Plus que jamais attachés au « bien vivre ensemble » et conscients de notre mission éducative, malgré la crise sanitaire depuis dix mois, nous avons tout mis en œuvre pour préserver le lien et permettre une continuité, avec des cours dématérialisés, un suivi de l’aide aux devoirs à distance et des collectes organisées par notre centre social et nos partenaires. »
Denise Cacheux, Présidente

Solidarité alimentaire

Pour répondre au mieux aux besoins des habitants, le Centre Social Projet nous rejoint. Cette coopération et l’expérience du premier confinement nous a permis d’étendre notre zone d’intervention et de mieux cibler les bénéficiaires.
En deux mois, c’est plus de 500 colis alimentaires fournis par l’association Human Appeal qui ont ainsi pu être distribués aux familles et aux étudiants les plus précaires.

Médiation sociale

Avec la continuité du service public, une forte augmentation des rendez-vous a été constatée. Notre médiateur social a du s’y adapter en accompagnant 51 personnes, une moyenne de trois RDV par jour, traitant principalement de l’insertion professionnelle, de la santé (demande de complémentaire santé solidaire, prise de rendez-vous médicaux etc. ) et l’accompagnement numérique.

Rendre visite aux personnes fragiles

Le Centre Social Lazare Garreau a apporté son soutien aux personnes qui en ont le plus besoin, à savoir les personnes qui ont dû subir de nouveau l’isolement. Nous avons mis en place des visites auprès des seniors pour échanger, mais aussi pour régler les problèmes liés aux courses ou aux démarches administratives. L’objectif est de toujours garder le lien humain avec les habitants, pour eux mais aussi pour nous.

Bonnets solidaires

Toujours dans un esprit de solidarité, le Centre Social Lazare Garreau et l’ABEJ se sont associés afin de réaliser une collecte de bonnets, écharpes et gants, dans le but de les distribuer aux sans-abris le jour du réveillon du 24 décembre qui se déroulait à l’ABEJ.
Chaque personne était invitée à venir déposer des pelotes de laines au Centre Social, pour qu’ensuite, notre fidèle groupe de l’atelier tricot puissent transformer tout cela en bonnets, écharpes et gants. L’opération a été un succès, un maximum de bonnets ont été confectionnés avant Noël, la mobilisation a été au rendez-vous.

Lutter contre l’isolement et la précarité2021-03-09T12:01:27+01:00

Sensibilisation au public porteur de handicap

Depuis plusieurs années, le centre de loisirs Lazare Garreau accueille des enfants porteurs de handicap. Afin d’améliorer la qualité d’accueil, mais aussi le suivi de ce public.
David, coordinateur Enfance, et Ophélie, éducatrice spécialisée recrutée en décembre 2019, ont développé le projet d’un accueil de loisirs « inclusif ».
Il s’agit de rendre accessible l’accès aux loisirs éducatifs, sportifs et culturels aux enfants de 3 à 17 ans porteurs de handicap, notamment lors de nos ACM (Accueil Collectif de Mineurs). L’idée s’est aussi développée au sein du multi-accueil. Ce projet repose sur 5 axes :
– L’accueil de l’enfant et de sa famille ;
– La création d’un réseau partenarial ;
– Le renforcement des équipes éducatives par l’embauche d’une Éducatrice Spécialisée ;
– La formation des équipes ;
– L’achat de matériel pédagogique adapté.
Avant de rejoindre le centre social, Ophélie a travaillé au contact d’enfants porteurs de différents handicaps en temps qu’AVS en classe spécialisée ULIS (Unités localisées pour l’inclusion scolaire). C’est grâce à son parcours qu’elle offre aux enfants accueillis au centre, bien plus qu’un accompagnement adapté.
Au centre social elle est devenue la figure repère pour les enfants porteurs de handicap et aussi pour les parents. Elle les oriente, informe, et établit un lien de confiance.
Grâce à son travail d’inclusion et de prévention, les enfants porteurs de handicap ont pu bénéficier des activités mises en place par nos animateurs et nos partenaires associatifs (judo, danse). Il s’agit d’adapter au mieux l’activité afin de respecter le rythme de l’enfant.

Un temps de formation dédié

Pour rendre l’équipe d’animateurs actrice de l’inclusion de ce public, Ophélie et David ont organisé des temps de formation à destination des équipes éducatives avec différents acteurs (UFCV, éducateurs spécialisés en IME).
Durant ces formations, les différents types de handicap ont pu être abordés. La matinée de formation portait sur la création d’un projet d’intégration global. Il vise à :
– Repérer les acteurs de l’environnement de l’enfant ;
– Améliorer le projet éducatif et pédagogique existant ;
– Adapter les activités aux particularités de l’enfant et s’appuyer sur des outils, du matériel pour qu’ils puissent participer aux activités ;
– Permettre aux enfants porteurs de handicap d’acquérir et de développer de nouvelles compétences sociales.
L’après-midi consistait à la mise en place de cas pratiques pour aborder de manière pragmatique et concrète les connaissances acquises le matin même : Immersion dans le rôle d’un enfant porteur de handicap.
Les animateurs se sont sentis impliqués dans les différents temps de formation et souhaitent développer leur créativité en matière d’élaboration d’activités inclusives et adaptées.
Ainsi d’autres temps de formation sont prévus prochainement.

Sensibilisation au public porteur de handicap2021-03-08T14:14:07+01:00

La médiation numérique plus que jamais nécessaire

Nos médiateurs numériques se mobilisent pour trouver des solutions. De nouveau confinés, nous diversifions nos actions pour répondre à vos besoins

Le confinement lié à l’épidémie de coronavirus a fait exploser l’utilisation des outils numériques pour tous les aspects de la vie : télétravail, école à la maison, démarches administratives, contact avec les proches…

Et avec lui, la nécessité d’être plus à l’aise avec les outils digitaux se fait plus que jamais sentir.

C’est pourquoi les ateliers informatiques à destination des seniors continuent  à distance par visioconférence (ZOOM).
Le lien est envoyé aux participants par notre groupe Whatsapp.
C’est à la fois une manière de faire perdurer la montée en compétence numérique et de garder le contact.

Pendant ce nouveau confinement le centre social propose toujours un accueil individuel avec un médiateur numérique. Avec les aides aux démarches en ligne, nous assurons aussi la formation au numérique de manière individualisée et selon vos besoins (ordinateur en panne, problème de connexion etc.).

Pour répondre aux nouveaux enjeux du télétravail, un espace dédié est à disposition au centre social pour tous les étudiants et les demandeurs d’emploi. Dans cette espace, on peut avoir accès à un d’équipement informatique, une connexion internet et un accès à l’impression de document, dans le respect bien sûr, des règles sanitaires.

Nous sommes aussi présents le mardi matin place du marché, devant la mairie de quartier, et le jeudi sur le parking des Halles du Sud (supermarché) de 9h30-12h pour fournir des services de proximité et aller au devant des personnes.

Appelez-nous en cas de besoin, l’équipe du centre social est à votre écoute !

La médiation numérique plus que jamais nécessaire2020-11-18T17:41:22+01:00

Rallye Langage

Entre le 12 et le 17 octobre 2021, pour la semaine de la Petite Enfance, les COPPELS (COmission Partenaires Petite Enfance Lille-Sud) ont proposé la première édition du « Rallye Langage » en partenariat avec la bibliothèque de Lille-Sud et le Grand Sud.

Cette comission est composée de différents acteurs ; La CAF, le Centre de Santé Polyvalent de Lille-Sud, le Centre Social et Culturel l’Arbrisseau, le Centre Social et Culturel Lazare Garreau, le Centre Social Intercommunal la maison du Chemin Rouge – Centre Régional de Formation des Professionnels de l’Enfance, l’association « Du Vent Dans Les Mots » , P’tite Bulle, la Ronde, La Fabrique du Sud, Les p’tits minouches, la Médiathèque de Lille Sud, l’association Premier Pas, l’association Temps de Jeux, l’UTPAS de Lille-Sud, la Ville de Lille, l’association Voisin Malin et les écoles : Don Bosco, Jean Bart, Jeanne Godart, La Briqueterie et Wagner.
Ce partenariat entre tous les acteurs de la Petite Enfance et les écoles maternelles du quartier a permis de mutualiser les moyens de chacun et de proposer des temps allant de la lecture de contes à des moment de jeux à la ludothèques « Temps de jeu » en passant par une conférence pour les parents et un spectacle pour les tout-petits.

Malgré les restrictions sanitaires les COPPELS ont travaillé dur pour maintenir le programme prévu sur les différentes structures du quartier.
C’est ainsi que nous avons pu accueillir au sein du Multi-Accueil « La Ronde » un concert de Yanis qui a fait danser les enfants et les parents au rythme de chansons venant du monde entier.

Amandine de l’association « du Vent dans les Mots » est ensuite intervenue dans nos locaux pour un temps de lecture et de comptines en Baby-Signes également ouvert à tous les habitants du quartier.
Le principe des signes avec les bébés est d’utiliser des signes simples en illustration de mots clefs de nos phrases que l’adulte va faire en même temps qu’il parle. De la même manière que l’enfant a fait le lien entre le son, le geste et la situation pour le « au revoir », il va reproduire à son tour ces gestes du quotidien et pouvoir faire connaitre ses besoins, émotions et envies.

Ces temps festifs ont été l’occasion de découvrir les multiples acteurs et infrastructures, parfois méconnus, de notre quartier. Ils ont permis d’aborder le langage des très jeunes enfants sous un regard détendu et animé par le jeu et le plaisir de la découverte.

Le bilan de ces actions dans le contexte actuel est très enthousiasmant et nul doute que les COPPELS réitèreront cette expérience de partage.

Rallye Langage2021-03-08T14:22:00+01:00

Rentrée périscolaire 2020 6-11 ans

La rentrée périscolaire de vos enfants s’invite au Centre Social et Culturel Lazare Garreau à partir du 14 septembre (sauf les cours de zumba qui débuteront le 21 septembre).

Comme chaque année, nous vous proposons plusieurs activités, en espérant qu’elles vous plairont !

Vous pouvez vous inscrire dès à présent auprès de David pour un essai gratuit jusqu’au 2 octobre.

ACTIVITÉS et ATELIERS

Lundi

Zumba
avec Pepita
pour les 6-11 ans
de 17h à 18h

Mardi

Judo
avec Pascal (ASPTT)
pour les 6-8 ans
de 16h45 à 18h

Anglais
avec Act’n’Play
pour les CE2-CM2
de 17h à 18h

Jeudi

Anglais
avec Act’n’Play
pour les CP-CE1
de 17h à 18h

Afro-danse
avec Fanta
pour les 6-11 ans,
de 17h à 18h15

Foot S’cool
avec Sylvain
pour les 9-11 ans,
de 17h à 18h30

Vendredi

Foot S’cool
avec Sylvain
pour les 6-8 ans,
de 17h à 18h30

Découvrez le catalogue d’activités des 6-12 ans

Rentrée périscolaire 2020 6-11 ans2020-11-09T13:20:43+01:00

DES VACANCES FAMILLES BIEN MÉRITÉES!

Quelle année ! Après des semaines de confinement et un avenir incertain, le coronavirus a bien failli gâcher nos vacances d’été.
Le projet Vacances familles du centre social Lazare Garreau a failli ne pas voir le jour. Pourtant, des familles avaient depuis janvier 2020 planifié la destination, le mode d’hébergement, les actions d’autofinancement,… Les demandes de financement auprès de la CAF, VACAF, la Fédération nationale des centres sociaux et l’ANCV avaient été faites aussi en temps et en heure.
17 mars 2020, annonce du confinement en raison d’une pandémie : situation inédite pour tous les habitants. Cette crise sanitaire a perturbé l’équilibre et le quotidien de chacun et a eu un impact sur les relations familiales, les conditions de vie des ménages, la gestion du quotidien.
Les formes et la durée de cette mise en quarantaine ont été variables et vécues différemment selon les personnes. Cela a été difficile notamment pour les familles des quartiers prioritaires.
Les manières de vivre le confinement ont été uniques et singulières pour chacun d’entre nous en fonction : des lieux de vie (surface des espaces de vie ; nombre de personnes sous le même toit ; espace extérieur ou pas ; maison ou appartement ; …) ; de la situation personnelle (en couple, en famille, en parent isolé, …) ; de la place dans la famille (père, mère, jeune adulte revenu au domicile parental, adolescent, enfant) ; et enfin évidemment de la situation professionnelle et financière.
Cette expérience inédite de mise en quarantaine venait se confronter, se heurter aux histoires personnelles et familiales et venaient révéler certains aspects de la vie familiale, avec d’éventuelles conséquences psychologiques sur les relations familiales.
Pour certains parents, le confinement était une aubaine et l’occasion de réunir les enfants sous le même toit pendant un temps et partager des moments ensemble, de veiller sur eux (quitte à les garder lors de la période de déconfinement) ; pour d’autres, en particulier pour certaines mères de famille, c’était une exacerbation de la « charge mentale » habituelle, des enfants qu’il fallait occuper en fonction de leur âge dans des espaces parfois réduits auquel il fallait ajouter les tâches ménagères quotidiennes, et certaines le télétravail.
Pour d’autres familles, le confinement était un miroir grossissant qui venait exposer le couple ou la famille à ses dysfonctionnements et ce, sans les exutoires habituellement présents (le travail ou l’école, les activités physiques, les liens sociaux et amicaux…). Cela a pu être une source de stress importante et de tension familiale.
Ainsi, la perte de la routine quotidienne, la limitation des rapports sociaux voire familiaux et des activités physiques, la peur de la contamination, et pour beaucoup l’inquiétude financière ont confronté les familles à une nouvelle réalité qui a eu des conséquences mesurables (troubles du sommeil, un repli sur soi, tensions familiales, une irritabilité accrue ; une sorte de syndrome de stress post-traumatique, du fait de l’enfermement, la peur de la contamination,…).
Face aux situations tendues qu’a pu provoquer le confinement dans certaines familles, le centre social pensait qu’il était nécessaire de maintenir des repères structurants tant pour les parents que pour les enfants. Réduire le stress, renouer les liens, retrouver de la sérénité, changer d’environnement, diminuer la tension suite à la crise sanitaire en maintenant les vacances familles.
Cela s’est fait en mettant en place tous les protocoles sanitaires nécessaires pour garantir la sécurité des familles et des accompagnatrices, que ce soit au centre, dans le bus, au camping et au retour du séjour. Le nombre de familles bénéficiaires a été réduit -après désistement de certaines- de 7 à 5 familles afin de garantir les gestes barrière, notamment dans le bus.
Ainsi, 25 personnes ont pu partir cette année au Camping Club « L’Evasion » en Vendée du 25 juillet au 1er août. Au programme, détente, piscines, toboggans, plage et lagon, activités sportives, soirées dansantes, karaoké, magie,…. tout en respectant les gestes barrière. La fréquentation du camping étant moindre cette année, cela a grandement facilité les distanciations physiques.
De plus, afin de découvrir la région, les familles ont pu visiter la 2ème ville de Vendée, les Sables d’Olonne, d’où part la fameuse course le « Vendée Globe » (course à voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance qui a lieu tous les 4 ans ; le prochain départ aura lieu en novembre). Les familles avaient donc quartier libre et ont pu visiter la ville, aller au restaurant pour certaines, faire les commerces, et aller se baigner sur la grande plage (d’autant qu’il faisait chaud). En fin d’après-midi, elles ont pris une navette fluviale gratuite pour aller sur un autre port (ponton de départ du Vendée Globe), d’où les familles ont pu admirer quelques bateaux à voile de la course, puis finir la journée par un marché nocturne sur l’un des quais.
Comment bien se changer les idées et surtout « respirer » après ce qu’on a vécu?! Le projet des vacances familles sert beaucoup à cela ; il était d’autant plus appréciable cette année. De quoi nous donner de l’énergie pour une rentrée qui s’annonce tout aussi imprévisible….

DES VACANCES FAMILLES BIEN MÉRITÉES!2021-05-17T09:19:17+01:00

Journal d’été d’une habitante déconfinée.

Domitille du GRDR et Laura, qui anime les ateliers de français dans les trois centres sociaux du quartier, ont réuni toutes leurs apprenantes pour passer un bout de l’été ensemble en proposant diverses activités. Nous vous laissons découvrir ce journal d’été d’une habitante déconfinée.

Après cette longue période de confinement, cet été les participantes des ateliers de français en ont profité pour s’aérer et s’en mettre plein les yeux !

Côté nature, c’est à la citadelle que nous avons pris un bon bol d’air en nous baladant le long des berges et en rencontrant sur notre route les moutons et chevaux des éco-pâturages mis en place par la ville de Lille. Un petit arrêt pour regarder les péniches glissées sur l’eau et s’imaginer voyager jusqu’en Hollande.
L’eau c’est beau, mais c’est mieux quand on peut se baigner, alors direction Bray-Dunes pour faire trempette et lézarder sur la plage. Un pique-nique convivial, un petit jeu de cartes et hop ! C’est déjà l’heure de repartir avec de jolies couleurs sur les joues et… le bout du nez !

Côté culture, on n’a pas chômé non plus ! Première visite au musée d’Histoire Naturelle, pour observer la nature toujours, mais observer cette fois plus particulièrement la zoologie, la géologie et l’insectarium pour jouer à « où est le phasme ? ».
De Lille on part maintenant à Tourcoing visiter le MUba. Guidées par Tristan, nous avons découvert l’incroyable collection éclectique de ce musée. Un bon moyen d’enrichir son vocabulaire quand on apprend le français.

Après la peinture et la sculpture, place au septième art ! Nous avons profité de deux projections de films d’animation au Grand Sud. L’occasion de sortir en famille, pour visionner « Minuscule, la vallée des fourmis perdues » et « Azur et Asmar ». De quoi régaler les enfants et les mamans ! On a quand même fini par un film juste pour les adultes, un moment de détente et de comédie en allant cette fois-ci dans le centre ville visionner « Adorable », l’histoire d’une mère qui essaie de gérer la crise d’adolescence de sa fille. Même si les acteurs parlent vite, et qu’on n’a pas tout compris, on a bien rigolé !

Alors effectivement on s’en est mis plein la vue, mais on n’a pas oublié de travailler ! Tous les mardis après-midi, la Fabrique du Sud nous a accueillies pour continuer à apprendre le français durant l’été ! Ces diverses activités nous ont permis de découvrir des lieux de la métropole et de la région, d’améliorer nos connaissances et surtout de passer des moments agréables ensemble et en familles, à l’extérieur, après avoir été confinés chez soi. Cela nous a grandement fait du bien.
Merci à Laura et Domitille d’avoir pris soin de nous cet été.

Journal d’été d’une habitante déconfinée.2020-08-13T13:57:21+01:00

Un été « Covid-19 » au centre social

Cette année en raison d’un contexte sanitaire particulier nous avons dû réfléchir et organiser l’accueil de loisirs différemment. En effet il s’agissait de proposer une organisation en règle avec les différents protocoles sanitaires de jeunesse et sport mais aussi de préserver au mieux la santé de tous notamment par le respect des gestes barrières.

Nous avons pu bénéficier des infrastructures de la ville et plus précisément de l’école primaire Painlevé et de l’école maternelle la bruyère. La multiplication des locaux nous a permis de distinguer 3 lieux d’accueil et ainsi diminuer le risque de propagation du virus. L’école maternelle a accueilli les enfants de moins de 6 ans, l’école primaire les enfants de 6-11 ans et le centre social pour le secteur jeune. Chacun des secteurs était eux-mêmes scindé en sous-groupes permettant d’avoir des petits groupes de 12 à 15 enfants maximum.

De plus nous avons mis l’accent sur l’encadrement où nous avons fait le choix de doubler les effectifs d’animation afin de faciliter et de permettre la mise en place des gestes barrières au sein des groupes. C’est donc une équipe de 43 personnes qui a animé l’été 2020 à Lazare Garreau.

En matière d’animation, nous avons mis en place un partenariat avec l’école Primaire Painlevé sur la première semaine des vacances d’été. Il s’agissait de mettre en place des cours de math, de français, avec deux instituteurs de Painlevé tous les matins de 9h00 à 12h00. En complémentarité nous avons travaillé avec nos partenaires habituels comme « Act and play », « du vent dans les mots », « les ajoncs », « Korzéam », qui ont proposé des activités ludiques et éducatives.

Aussi différentes activités artistiques et sportives ont rythmé les journées des enfants : Roller, danse, éveil musical, vtt, piscine, aviron, etc.  
Mise en place d’un partenariat avec Le grand Sud afin de faire découvrir différentes activités culturelles et sportives. Chaque jour le matin de 9h30 à 11h30, un groupe de 12 enfants du secteur enfance a pu participer à des ateliers artistiques, sportifs (danse, arts plastiques, roller derby, etc.) Une petite restitution avait lieu chaque vendredi à 16h au grand Sud. Plusieurs centres sociaux ont pu participer à ces ateliers.

Il a fallu aussi repenser nos sorties et notamment les sorties en familles ! Nous avons donc opté pour une tranche d’âge par jour en sortie. Le lundi et mardi les petits et grands primaires, les mercredis le secteur maternel est le jeudi le secteur jeunesse. Cette organisation nous a permis de limiter le nombre de personnes et de bus par jour et ainsi accéder plus facilement aux parcs d’attractions comme Astérix, Bellewaerde, Bagatelle, Pari Daisa, etc. Nous avons pu organiser quelques sorties en famille (Bagatelle, Nausicaa, etc.)

De nombreux séjours et mini-séjours ont rythmé les vacances, toujours dans l’idée de multiplier les groupes mais aussi de permettre de sortir après une période de confinement ! Ainsi un séjour à Serre Chevalier, en Normandie, des mini-séjours à Olhain, Le Portel, Wormhout ont été organisés.  
Le séjour en Normandie à aussi permis aux jeunes de 15 à 17 ans de perfectionner leur anglais grâce à notre intervenante de l’association Act’n’Play qui dispensait des cours en journée.
Des actions d’auto-financement ont été prévues pour permettre le financement des séjours jeunes. Ainsi ils ont présenté leur projet devant la FPT et la CAF lors d’une Commission de présentation.
Un été « Covid-19 » au centre social2021-10-05T13:08:37+01:00

Du changement dans l’équipe du M.A.C.

Depuis janvier 2020, le responsable de la crèche a changé. Gaëlle nous fait le plaisir d’un petit bonjour depuis son nouveau poste à proximité d’Arras.

Ma prise de poste au sein de mes nouvelles structures s’est très bien passée. Je suis à présent référente technique pour 2 micro crèches en milieu rural « Graine de Malice », proche de mon domicile à côté d’Arras !
Je pense régulièrement à vous, et la dynamique du centre social est ce qui m’a le plus manqué au départ. Riche de mes 11 ans de travail au centre social, j’essaye de tirer profit de toutes mes expériences, mes rencontres, mes difficultés, mes réussites (heureusement) pour accompagner les professionnelles, les enfants et les parents que je suis à présent.
J’utilise tout ce que j’ai pu apprendre grâce aux analyses de pratique notamment. Mes missions se sont également un peu diversifiées. Seule éducatrice de jeunes enfants (EJE) de l’équipe, je coordonne les animatrices et les accompagne dans leurs réflexions et propositions d’activités et dans leur accompagnement autour de la parentalité.

Tout comme au multi accueil, j’ai la chance de travailler avec une équipe bienveillante, à la recherche du bienêtre de l’enfant.
Je suis partie fin janvier 2020 le coeur serré et rempli de beaux souvenirs. Merci à vous tous pour nos échanges,
nos rires, nos désaccords, nos projets… Et je vous souhaite de ne pas perdre de vue les petits bonheurs du quotidien si précieux pour notre bien être.
Je ne manquerai pas de venir au Centre Social pour faire un petit coucou lorsque le virus nous laissera plus libre de nos mouvements.

Elle a laissé sa place à Paul.

Il a pris ses fonctions il y a peu, c’était donc l’occasion de le rencontrer.
Après 15 années d’expérience en tant qu’EJE en petite enfance, dans les domaines associatif mais surtout privé, Paul a décidé de rejoindre notre équipe. Il a profité de son expérience de père au foyer pour valider un master en Sciences de l’Éducation et de Management. Pour lui, la parentalité est une dimension primoridiale dans le développement de l’enfant. De plus, faire partie d’une dynamique globale, dans un quartier, et le faire vivre est un aspect de ses missions qui l’intéresse particulièrement. Il a donc naturellement rejoint l’équipe du Centre Social.
Pour le mettre dans l’ambiance, chantonnez-lui « I Heard It Through The Grapevine » de Marvin Gaye, sa chanson préférée !

Du changement dans l’équipe du M.A.C.2020-08-13T13:41:18+01:00