About Camille Auboussu

This author has not yet filled in any details.
So far Camille Auboussu has created 163 blog entries.

La médiation numérique plus que jamais nécessaire

Nos médiateurs numériques se mobilisent pour trouver des solutions. De nouveau confinés, nous diversifions nos actions pour répondre à vos besoins

Le confinement lié à l’épidémie de coronavirus a fait exploser l’utilisation des outils numériques pour tous les aspects de la vie : télétravail, école à la maison, démarches administratives, contact avec les proches…

Et avec lui, la nécessité d’être plus à l’aise avec les outils digitaux se fait plus que jamais sentir.

C’est pourquoi les ateliers informatiques à destination des seniors continuent  à distance par visioconférence (ZOOM).
Le lien est envoyé aux participants par notre groupe Whatsapp.
C’est à la fois une manière de faire perdurer la montée en compétence numérique et de garder le contact.

Pendant ce nouveau confinement le centre social propose toujours un accueil individuel avec un médiateur numérique. Avec les aides aux démarches en ligne, nous assurons aussi la formation au numérique de manière individualisée et selon vos besoins (ordinateur en panne, problème de connexion etc.).

Pour répondre aux nouveaux enjeux du télétravail, un espace dédié est à disposition au centre social pour tous les étudiants et les demandeurs d’emploi. Dans cette espace, on peut avoir accès à un d’équipement informatique, une connexion internet et un accès à l’impression de document, dans le respect bien sûr, des règles sanitaires.

Nous sommes aussi présents le mardi matin place du marché, devant la mairie de quartier, et le jeudi sur le parking des Halles du Sud (supermarché) de 9h30-12h pour fournir des services de proximité et aller au devant des personnes.

Appelez-nous en cas de besoin, l’équipe du centre social est à votre écoute !

La médiation numérique plus que jamais nécessaire2020-11-18T17:41:22+01:00

Rentrée périscolaire 2020 6-11 ans

La rentrée périscolaire de vos enfants s’invite au Centre Social et Culturel Lazare Garreau à partir du 14 septembre (sauf les cours de zumba qui débuteront le 21 septembre).

Comme chaque année, nous vous proposons plusieurs activités, en espérant qu’elles vous plairont !

Vous pouvez vous inscrire dès à présent auprès de David pour un essai gratuit jusqu’au 2 octobre.

ACTIVITÉS et ATELIERS

Lundi

Zumba
avec Pepita
pour les 6-11 ans
de 17h à 18h

Mardi

Judo
avec Pascal (ASPTT)
pour les 6-8 ans
de 16h45 à 18h

Anglais
avec Act’n’Play
pour les CE2-CM2
de 17h à 18h

Jeudi

Anglais
avec Act’n’Play
pour les CP-CE1
de 17h à 18h

Afro-danse
avec Fanta
pour les 6-11 ans,
de 17h à 18h15

Foot S’cool
avec Sylvain
pour les 9-11 ans,
de 17h à 18h30

Vendredi

Foot S’cool
avec Sylvain
pour les 6-8 ans,
de 17h à 18h30

Découvrez le catalogue d’activités des 6-12 ans

Rentrée périscolaire 2020 6-11 ans2020-11-09T13:20:43+01:00

DES VACANCES FAMILLES BIEN MÉRITÉES!

Quelle année ! Après des semaines de confinement et un avenir incertain, le coronavirus a bien failli gâcher nos vacances d’été.
Le projet Vacances familles du centre social Lazare Garreau a failli ne pas voir le jour. Pourtant, des familles avaient depuis janvier 2020 planifié la destination, le mode d’hébergement, les actions d’autofinancement,… Les demandes de financement auprès de la CAF, VACAF, la Fédération nationale des centres sociaux et l’ANCV avaient été faites aussi en temps et en heure.
17 mars 2020, annonce du confinement en raison d’une pandémie : situation inédite pour tous les habitants. Cette crise sanitaire a perturbé l’équilibre et le quotidien de chacun et a eu un impact sur les relations familiales, les conditions de vie des ménages, la gestion du quotidien.
Les formes et la durée de cette mise en quarantaine ont été variables et vécues différemment selon les personnes. Cela a été difficile notamment pour les familles des quartiers prioritaires.
Les manières de vivre le confinement ont été uniques et singulières pour chacun d’entre nous en fonction : des lieux de vie (surface des espaces de vie ; nombre de personnes sous le même toit ; espace extérieur ou pas ; maison ou appartement ; …) ; de la situation personnelle (en couple, en famille, en parent isolé, …) ; de la place dans la famille (père, mère, jeune adulte revenu au domicile parental, adolescent, enfant) ; et enfin évidemment de la situation professionnelle et financière.
Cette expérience inédite de mise en quarantaine venait se confronter, se heurter aux histoires personnelles et familiales et venaient révéler certains aspects de la vie familiale, avec d’éventuelles conséquences psychologiques sur les relations familiales.
Pour certains parents, le confinement était une aubaine et l’occasion de réunir les enfants sous le même toit pendant un temps et partager des moments ensemble, de veiller sur eux (quitte à les garder lors de la période de déconfinement) ; pour d’autres, en particulier pour certaines mères de famille, c’était une exacerbation de la « charge mentale » habituelle, des enfants qu’il fallait occuper en fonction de leur âge dans des espaces parfois réduits auquel il fallait ajouter les tâches ménagères quotidiennes, et certaines le télétravail.
Pour d’autres familles, le confinement était un miroir grossissant qui venait exposer le couple ou la famille à ses dysfonctionnements et ce, sans les exutoires habituellement présents (le travail ou l’école, les activités physiques, les liens sociaux et amicaux…). Cela a pu être une source de stress importante et de tension familiale.
Ainsi, la perte de la routine quotidienne, la limitation des rapports sociaux voire familiaux et des activités physiques, la peur de la contamination, et pour beaucoup l’inquiétude financière ont confronté les familles à une nouvelle réalité qui a eu des conséquences mesurables (troubles du sommeil, un repli sur soi, tensions familiales, une irritabilité accrue ; une sorte de syndrome de stress post-traumatique, du fait de l’enfermement, la peur de la contamination,…).
Face aux situations tendues qu’a pu provoquer le confinement dans certaines familles, le centre social pensait qu’il était nécessaire de maintenir des repères structurants tant pour les parents que pour les enfants. Réduire le stress, renouer les liens, retrouver de la sérénité, changer d’environnement, diminuer la tension suite à la crise sanitaire en maintenant les vacances familles.
Cela s’est fait en mettant en place tous les protocoles sanitaires nécessaires pour garantir la sécurité des familles et des accompagnatrices, que ce soit au centre, dans le bus, au camping et au retour du séjour. Le nombre de familles bénéficiaires a été réduit -après désistement de certaines- de 7 à 5 familles afin de garantir les gestes barrière, notamment dans le bus.
Ainsi, 25 personnes ont pu partir cette année au Camping Club « L’Evasion » en Vendée du 25 juillet au 1er août. Au programme, détente, piscines, toboggans, plage et lagon, activités sportives, soirées dansantes, karaoké, magie,…. tout en respectant les gestes barrière. La fréquentation du camping étant moindre cette année, cela a grandement facilité les distanciations physiques.
De plus, afin de découvrir la région, les familles ont pu visiter la 2ème ville de Vendée, les Sables d’Olonne, d’où part la fameuse course le « Vendée Globe » (course à voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance qui a lieu tous les 4 ans ; le prochain départ aura lieu en novembre). Les familles avaient donc quartier libre et ont pu visiter la ville, aller au restaurant pour certaines, faire les commerces, et aller se baigner sur la grande plage (d’autant qu’il faisait chaud). En fin d’après-midi, elles ont pris une navette fluviale gratuite pour aller sur un autre port (ponton de départ du Vendée Globe), d’où les familles ont pu admirer quelques bateaux à voile de la course, puis finir la journée par un marché nocturne sur l’un des quais.
Comment bien se changer les idées et surtout « respirer » après ce qu’on a vécu?! Le projet des vacances familles sert beaucoup à cela ; il était d’autant plus appréciable cette année. De quoi nous donner de l’énergie pour une rentrée qui s’annonce tout aussi imprévisible….

DES VACANCES FAMILLES BIEN MÉRITÉES!2020-08-13T14:09:21+01:00

Journal d’été d’une habitante déconfinée.

Domitille du GRDR et Laura, qui anime les ateliers de français dans les trois centres sociaux du quartier, ont réuni toutes leurs apprenantes pour passer un bout de l’été ensemble en proposant diverses activités. Nous vous laissons découvrir ce journal d’été d’une habitante déconfinée.

Après cette longue période de confinement, cet été les participantes des ateliers de français en ont profité pour s’aérer et s’en mettre plein les yeux !

Côté nature, c’est à la citadelle que nous avons pris un bon bol d’air en nous baladant le long des berges et en rencontrant sur notre route les moutons et chevaux des éco-pâturages mis en place par la ville de Lille. Un petit arrêt pour regarder les péniches glissées sur l’eau et s’imaginer voyager jusqu’en Hollande.
L’eau c’est beau, mais c’est mieux quand on peut se baigner, alors direction Bray-Dunes pour faire trempette et lézarder sur la plage. Un pique-nique convivial, un petit jeu de cartes et hop ! C’est déjà l’heure de repartir avec de jolies couleurs sur les joues et… le bout du nez !

Côté culture, on n’a pas chômé non plus ! Première visite au musée d’Histoire Naturelle, pour observer la nature toujours, mais observer cette fois plus particulièrement la zoologie, la géologie et l’insectarium pour jouer à « où est le phasme ? ».
De Lille on part maintenant à Tourcoing visiter le MUba. Guidées par Tristan, nous avons découvert l’incroyable collection éclectique de ce musée. Un bon moyen d’enrichir son vocabulaire quand on apprend le français.

Après la peinture et la sculpture, place au septième art ! Nous avons profité de deux projections de films d’animation au Grand Sud. L’occasion de sortir en famille, pour visionner « Minuscule, la vallée des fourmis perdues » et « Azur et Asmar ». De quoi régaler les enfants et les mamans ! On a quand même fini par un film juste pour les adultes, un moment de détente et de comédie en allant cette fois-ci dans le centre ville visionner « Adorable », l’histoire d’une mère qui essaie de gérer la crise d’adolescence de sa fille. Même si les acteurs parlent vite, et qu’on n’a pas tout compris, on a bien rigolé !

Alors effectivement on s’en est mis plein la vue, mais on n’a pas oublié de travailler ! Tous les mardis après-midi, la Fabrique du Sud nous a accueillies pour continuer à apprendre le français durant l’été ! Ces diverses activités nous ont permis de découvrir des lieux de la métropole et de la région, d’améliorer nos connaissances et surtout de passer des moments agréables ensemble et en familles, à l’extérieur, après avoir été confinés chez soi. Cela nous a grandement fait du bien.
Merci à Laura et Domitille d’avoir pris soin de nous cet été.

Journal d’été d’une habitante déconfinée.2020-08-13T13:57:21+01:00

Un été « Covid-19 » au centre social

Cette année en raison d’un contexte sanitaire particulier nous avons dû réfléchir et organiser l’accueil de loisirs différemment. En effet il s’agissait de proposer une organisation en règle avec les différents protocoles sanitaires de jeunesse et sport mais aussi de préserver au mieux la santé de tous notamment par le respect des gestes barrières.

Nous avons pu bénéficier des infrastructures de la ville et plus précisément de l’école primaire Painlevé et de l’école maternelle la bruyère. La multiplication des locaux nous a permis de distinguer 3 lieux d’accueil et ainsi diminuer le risque de propagation du virus. L’école maternelle a accueilli les enfants de moins de 6 ans, l’école primaire les enfants de 6-11 ans et le centre social pour le secteur jeune. Chacun des secteurs était eux-mêmes scindé en sous-groupes permettant d’avoir des petits groupes de 12 à 15 enfants maximum.

De plus nous avons mis l’accent sur l’encadrement où nous avons fait le choix de doubler les effectifs d’animation afin de faciliter et de permettre la mise en place des gestes barrières au sein des groupes. C’est donc une équipe de 43 personnes qui a animé l’été 2020 à Lazare Garreau.

En matière d’animation, nous avons mis en place un partenariat avec l’école Primaire Painlevé sur la première semaine des vacances d’été. Il s’agissait de mettre en place des cours de math, de français, avec deux instituteurs de Painlevé tous les matins de 9h00 à 12h00. En complémentarité nous avons travaillé avec nos partenaires habituels comme « Act and play », « du vent dans les mots », « les ajoncs », « Korzéam », qui ont proposé des activités ludiques et éducatives.

Aussi différentes activités artistiques et sportives ont rythmé les journées des enfants : Roller, danse, éveil musical, vtt, piscine, aviron, etc.  
Mise en place d’un partenariat avec Le grand Sud afin de faire découvrir différentes activités culturelles et sportives. Chaque jour le matin de 9h30 à 11h30, un groupe de 12 enfants du secteur enfance a pu participer à des ateliers artistiques, sportifs (danse, arts plastiques, roller derby, etc.) Une petite restitution avait lieu chaque vendredi à 16h au grand Sud. Plusieurs centres sociaux ont pu participer à ces ateliers.

Il a fallu aussi repenser nos sorties et notamment les sorties en familles ! Nous avons donc opté pour une tranche d’âge par jour en sortie. Le lundi et mardi les petits et grands primaires, les mercredis le secteur maternel est le jeudi le secteur jeunesse. Cette organisation nous a permis de limiter le nombre de personnes et de bus par jour et ainsi accéder plus facilement aux parcs d’attractions comme Astérix, Bellewaerde, Bagatelle, Pari Daisa, etc. Nous avons pu organiser quelques sorties en famille (Bagatelle, Nausicaa, etc.)

De nombreux séjours et mini-séjours ont rythmé les vacances, toujours dans l’idée de multiplier les groupes mais aussi de permettre de sortir après une période de confinement ! Ainsi un séjour à Serre Chevalier, en Normandie, des mini-séjours à Olhain, Le Portel, Wormhout ont été organisés.  
Un été « Covid-19 » au centre social2020-10-06T08:45:45+01:00

Du changement dans l’équipe du M.A.C.

Depuis janvier 2020, le responsable de la crèche a changé. Gaëlle nous fait le plaisir d’un petit bonjour depuis son nouveau poste à proximité d’Arras.

Ma prise de poste au sein de mes nouvelles structures s’est très bien passée. Je suis à présent référente technique pour 2 micro crèches en milieu rural « Graine de Malice », proche de mon domicile à côté d’Arras !
Je pense régulièrement à vous, et la dynamique du centre social est ce qui m’a le plus manqué au départ. Riche de mes 11 ans de travail au centre social, j’essaye de tirer profit de toutes mes expériences, mes rencontres, mes difficultés, mes réussites (heureusement) pour accompagner les professionnelles, les enfants et les parents que je suis à présent.
J’utilise tout ce que j’ai pu apprendre grâce aux analyses de pratique notamment. Mes missions se sont également un peu diversifiées. Seule éducatrice de jeunes enfants (EJE) de l’équipe, je coordonne les animatrices et les accompagne dans leurs réflexions et propositions d’activités et dans leur accompagnement autour de la parentalité.

Tout comme au multi accueil, j’ai la chance de travailler avec une équipe bienveillante, à la recherche du bienêtre de l’enfant.
Je suis partie fin janvier 2020 le coeur serré et rempli de beaux souvenirs. Merci à vous tous pour nos échanges,
nos rires, nos désaccords, nos projets… Et je vous souhaite de ne pas perdre de vue les petits bonheurs du quotidien si précieux pour notre bien être.
Je ne manquerai pas de venir au Centre Social pour faire un petit coucou lorsque le virus nous laissera plus libre de nos mouvements.

Elle a laissé sa place à Paul.

Il a pris ses fonctions il y a peu, c’était donc l’occasion de le rencontrer.
Après 15 années d’expérience en tant qu’EJE en petite enfance, dans les domaines associatif mais surtout privé, Paul a décidé de rejoindre notre équipe. Il a profité de son expérience de père au foyer pour valider un master en Sciences de l’Éducation et de Management. Pour lui, la parentalité est une dimension primoridiale dans le développement de l’enfant. De plus, faire partie d’une dynamique globale, dans un quartier, et le faire vivre est un aspect de ses missions qui l’intéresse particulièrement. Il a donc naturellement rejoint l’équipe du Centre Social.
Pour le mettre dans l’ambiance, chantonnez-lui « I Heard It Through The Grapevine » de Marvin Gaye, sa chanson préférée !

Du changement dans l’équipe du M.A.C.2020-08-13T13:41:18+01:00

Pandémie du COVID-19, épauler les habitants du quartier

Épauler les habitants du quartier

Dans le contexte actuel de l’épidémie de COVID-19 et du confinement, l’ensemble du Centre Social Lazare Garreau s’est mobilisé pour permettre à tous les habitants de Lille-Sud de mieux vivre cette crise sanitaire. Grâce au numérique et en balayant tous les champs d’activités (sociaux, éducatifs, familiaux, intergénérationnels et de lutte contre l’isolement), nous avons réalisé de multiples actions, conjointement avec nos partenaires, pour répondre aux nouveaux besoins engendrés par cette crise.

Aide à la parentalité et à l’accès au numérique

Après avoir repéré les besoins, nous avons mis en place des services d’aide aux habitants, en respectant biensûr les gestes barrières : permettre aux parents d’imprimer des cours en ligne, leur offrir une aide logistique, les orienter vers la plateforme d’accompagnement scolaire mise en place par la Ville de Lille etc. et cela, afin d’offrir aux enfants la possibilité de poursuivre leur scolarité. La mise à disposition gratuite de douze smartphones aux familles identifiées par les collèges a aussi permis de garantir ce droit à la scolarité, grâce au partenariat avec l’association Emmaüs Connect et SFR.

Mon centre social à la Maison

Le projet Centre Sociaux Connectés a permis de mutualiser les forces des 4 centre sociaux du croissant Sud. Fort de cette expérience, l’équipe a créé une plateforme en réaction à l’annonce du confinement, avec 2 objectifs : proposer des outils éducatifs gratuits pour faciliter l’école à la maison et proposer des ateliers et activités à réaliser chez soi, devant son écran.
De nombreux outils pédagogiques à distance ont été proposés : le CNED, Sondo, Prepapp etc. mais aussi des sites web culturels et de jeux éducatifs. L’interactivité du numérique a permis de retrouver un véritable « centre social à la maison », notamment par le biais de lives Facebook.
Ce temps a été mis à profit pour la formation des salariés. Ainsi, des formations sur les outils numériques ont été mises en place à destination des salariés de tous les centres sociaux de France.

Solidarité alimentaire Lille-Sud

La crise sanitaire a complètement bouleversé le fonctionnement des associations de solidarité.
En réaction à l’urgence inédite, un partenariat s’est créé entre les centres sociaux Arbrisseau et Lazare Garreau ainsi que l’ONG Human Appeal. L’objectif était d’assurer une aide alimentaire de première urgence dans cette période où l’entraide revêt toute
son importance. Dans ce but, il a fallu en premier lieu identifier les bénéficiaires.
Nous nous sommes appuyés sur le réseau d’acteurs de la solidarité qu’ont su développer les centre sociaux.
Et une sélection a ensuite été faite en fonction des ressources des foyers.
La réactivité de Human Appeal a permis la mise à disposition de plus de 550 colis alimentaires. Un accroissement de la précarité a été relevé durant cette période difficile.
La distibution a été assurée par les 3 structures. Un appel aux dons a ensuite été relayé par la Ville de Lille. Face à l’augmentation du nombre de foyers en grande précarité, un appel aux dons alimentaires a été réalisé à l’échelle de notre territoire. De plus, un appel à participation financière a été lancé, cette fois-ci à l’échelle de la Ville. Ainsi l’action perdure encore aujourd’hui, pour permettre aux familles d’entrevoir plus sereinement l’issue du confinement.

En savoir +

Garder le lien avec les adhérents

Notre équipe n’a pas manqué d’appeler nos aînés et les personnes isolées deux fois par semaine pour prendre des nouvelles et garder le contact.

Johanne, animatrice de la petite enfance a même su créer une dynamique intergénérationnelle. En liant son travail d’animatrice et le lien privilégié qu’elle a tissé avec nos adhérentes seniors, elle a mis en place des défis via Whats App. Elle a aussi aidé les plus âgées à faire leurs courses et rompre leur isolement.

Les Ateliers Cuisine numériques on également permis de garder le contact. Ainsi, nous avons proposé aux habitants de nombreuses recettes diététiques et gourmandes. Au-delà de la cuisine, il était surtout question de lien social et de s’interesser à un loisir qui demeurait possible dans le respect des conditions de confinement.

Confection de masques

Jocelyne notre bénévole tricot, sachant aussi coudre, a participé à l’appel lancé par la Ville de Lille pour la confection de masques Garridou. Merci à elle pour ce bel élan de solidarité qui permet d’appréhender avec un tout petit peu plus de sérénité le déconfinement. Johanne lui a permis de réaliser cette action en la conduisant tous les après-midis à l’Hôtel de Ville de Lille.

Les ateliers coutures « spécial masques réutilisables » continue au sein de notre structure. A l’initiative de Sarah Bourgois et grâce à Martine, notre bénévole couture, des ateliers de confection de masque se poursuivent depuis le début du mois de mai.

Coronateliers de français

Laura, notre animatrice sociolinguistique, a su proposer des supports numériques à ses apprenants ayant un bon niveau de français. C’est important pour ne pas perdre ses acquis ! Ainsi, 3 fois par semaine il leur était possible de pratiquer le Français, par petites touches de 15 minutes.

En savoir plus

Imaginer le monde d’après

On sent le traumatisme, il y a des gensqui n’osent plus sortir de chez eux, il va falloir aller les chercher et recréer un lien social abîmé. Nous n’avons jamais cessé de maintenir le contact avec les habitants mais il va falloir inventer un projet qui s’inscrit dans la durée, pas dans l’immédiateté.

Pandémie du COVID-19, épauler les habitants du quartier2020-10-28T16:57:31+01:00

L’ Envers Du Décor du Théâtre National Du Nord

Les jeunes participants se sont investis sur la réalisation d’un documentaire consacré au Théâtre du Nord.
La participation et l’investissement des bénéficiaires ont été exemplaires, une grande motivation a régné sur ce projet.
Ils ont été très attentifs de la phase de sensibilisation jusqu’au tournage vidéo, l’association Cinéligue a effectué des ateliers de sensibilisation et d’éducation aux images permettant une mise en perspective pour les interviews et le montage vidéo.

La visite du Théâtre du Nord a été ponctuée d’interviews au sein des équipes. Ces derniers ont joué le jeu et se sont investis autour du projet de ces jeunes. Ce lieu nous a grandement ouvert les portes. Nous avons eu une visite dédiée des locaux.
Les jeunes ont pu justement prendre conscience de l’envers du décor de ce lieu culturel grâce aux témoignages des équipes mais aussi par la visite de l’intégralité de ce lieu.

L’action a bénéficié du soutien financier du Département.
Nous souhaitons réitérer cette expérience en partenariat avec d’autres lieux culturels

L’ Envers Du Décor du Théâtre National Du Nord2020-08-13T13:01:10+01:00

Citoyennes, humaines, souveraines !

Mobilisés ensemble pour les droits des femmes

En 2019, nous avions proposé des quiz, des débats, une journée d’échanges et de partage avec les adhérentes des centres sociaux lillois à l’auberge de jeunesse Stéphane Hessel. Lors de notre auberge espagnole mensuelle, nous avions aussi réalisé une exposition présentant des figures féminines ayant oeuvrées dans leur pays à l’amélioration de la condition féminine.
Cette exposition transcendait ainsi les domaines et les époques. Cette année, nous avons décidé de revenir sur notre quartier. En effet, au quotidien, des femmes, de tout âge,bénévoles, salariées et avant tout citoyennes, s’engagent à Lille Sud dans de nombreux domaines.

Exposition-photo « Femmes engagées à Lille Sud »

Marc Helleboid, auteur photographe, a rencontré quelques-unes de ces femmes qui ont accepté de lui accorder un peu de leur temps pour partager leur expérience au service des autres. Elles témoignent alors de leur parcours et de leur engagement. A travers 16 portraits, nous souhaitions rendre hommage à toutes les femmes engagées qui permettent de donner vieà notre quartier.

Sans ces femmes, le quartier de Lille Sud ne serait pas le même. Il existe bien d’autres femmes formidables investies au sein du quartier. Les unes sont bien connues dans l’espace public. D’autres agissent discrètement pour le bien-être de la société. Nous les en remercions tout autant.
Cette exposition était visible à la fois au centre social, à la Fabrique du Sud, à la Médiathèque de Lille Sud et au Cinéma L’univers.

Le vernissage a eu lieu le mercredi 4 avril 2020 au centre social lors de notre auberge espagnole. Plus de 80 habitants et de partenaires étaient présents. Ces derniers ont pu échanger, débattre, écouter la lecture de textes réalisés par le groupe de l’atelier d’écriture qui avait travaillé cette thématique en amont. Cette action ouvrait alors le début de la programmation à Lille Sud.

Des ateliers d’expression autour des droits des femmes

En parallèle nous avons mis en oeuvre avec l’aide de nos partenaires des ateliers d’expressions collectives sur les principes d’égalité en France et l’accès aux droits plus précisément sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Avec l’aide de l’association Culture et Liberté nous avons mis en place des groupes de parole sur cette thématique, sur le sens des mots, sur nos représentations ; pour échanger et préparer la mise place des ateliers de pratiques culturelles.

En effet durant trois sessions les 3, 10 février et le 2 mars derniers nos bénéficiaires participant aux groupes de pratiques langagières sont allés à la découverte du fonctionnement d’un Fab Lab avec l’aide de l’artiste Olivier de Carvalho.
Sur la base du mot « FEMME » écrit en plusieurs langues, les participants ont créé et réalisé des visuels artistiques imprimés sur 100 totes bags.

Ces derniers ont été distribués aux habitants le 5 mars à la Fabrique du Sud avec diverses communications, guides et livrets d’information sur les droits, la lutte des violences faites aux femmes, etc. De plus un travail de fond fut entrepris en ce sens avec la Cie Joker via la lecture et la création de Contes, issus de monde entier et orientés sur le parcours
de vie de femmes. S’exprimer oralement sur une thématique culturelle et sociale permet de travailler la dimension collective, tout en cheminant et traçant à travers les écritures imprimées un pont entre nos représentations et nos cultures.

Des associations mobilisées pour la défense des droits des femmes

Les associations de Lille-Sud se sont mobilisées pour proposer aux habitants toute une programmation en faveur des femmes durant quasiment une semaine.
Le centre social a coordonné ces rendez-vous et proposé une communication commune.
Il s’agissait de proposer alors un parcours aux habitants : en allant d’un jour à l’autre, du centre social, à la Fabrique du Sud, au
Complexe sportif Antoine Blondin, au cinéma l’Univers, à la Médiathèque, la marche du « collectif 8 mars » au centre de Lille, pour finir le dimanche 8 mars au Palais des Beaux-Arts.
Les habitants pouvaient se renseigner auprès des stands d’informations sur les droits des femmes, rencontrer des professionnels de santé, participer à une conférence sur le périnée, fabriquer des produits écoresponsables, assister à la projection du film Difret au cinéma l’Univers, profiter d’ateliers de bien-être et sportifs….

Ces journées de sensibilisation et de mobilisation ont été une vraie réussite en termes de fréquentation, d’informations, d’échanges, de débats et de partage, avec pour finalité de constituer une culture de l’égalité et du respect mutuel, en adoptant d’autres modèles de comportements sans discrimination sexiste ni violence.
Organisée en peu de temps, cette semaine a suscité au sein de notre structure et chez certains partenaires, habitants, l’envie d’aller plus loin. A voir ce que nous réserve l’édition 2021.
Si vous avez des envies, des idées d’actions, de débats, n’hésitez pas à nous en parler !

Citoyennes, humaines, souveraines !2020-08-13T13:01:21+01:00

Le Lazare Garden

Un jardin collectif à Lille-Sud.

Le 8 février 2020 s’est tenue l’inauguration d’un jardin collectif au centre social et culturel de Lazare Garreau, le « Lazare Garden ». Lors de cette après-midi pluvieuse, plusieurs animations ont été proposées : Arts plastiques, lecture, maquillage, plantation citoyenne et bien sûr un goûter convivial. Ce jardin est voué à se développer grâce aux AJOnc (association Amis des jardins ouverts et néanmoins
clôturés).

Tous les mercredis des ateliers jardinage à destination des enfants de 3 à 11 ans sont proposés de 10h00 à
11h30. Depuis janvier 2020, un samedi sur deux, les animateurs des AJOnc donnent rendez-vous aux habitants de
Lille Sud de 14h à 17h00 directement au centre social afin de partager leur passion.
L’activité support « jardinage » que nous avons choisie, est un moyen d’éducation à la citoyenneté en sollicitant les enfants et habitants à devenir acteur de leur environnement.

Apprendre le respect la nature aux enfants

Les manipulations directes sur la nature doivent leur permettre d’appréhender les causes et effets de la gestion du milieu. La pratique des cultures apprend à l’enfant la fragilité du monde végétal.
Nous visons la réussite éducative des enfants en leur faisant adopter une attitude active et responsable. Cette animation permet également d’aider à la socialisation, autour d’un travail commun, en permettant les échanges, le partage, les discussions, etc. Elle permet de développer la motricité fine et la coordination par les mouvements requis pour effectuer le travail horticole ; de favoriser le respect du monde qui les entoure en les impliquant et les responsabilisant, notamment par l’entretien du jardin et de ses plantes ; d’aider à faire le lien entre les différents mondes vivants (humain, animal, végétal) ; de favoriser la compréhension de valeurs abstraites (naissance, mort, évolution, changement, temps, etc.) ; De développer l’estime de soi par la valorisation d’un produit qui leur est propre ; de développer les notions de patience et de persévérance autour de la croissance d’une plante. C’est aussi un lieu où il sera possible de se reposer, de lire, de peindre, de jouer et bien d’autres choses encore !

Le Lazare Garden2020-08-13T11:21:46+01:00